C'est dans l'un des très haut lieu de l'histoire de France que nous nous sommes rendus ce jour-là, où à peu près tout ce que la France compta de souverains du bas Moyen Âge au Second Empire passa: Fontainebleau.

Cour_des_adieux_2

(Château de Fontainebleau, cour des adieux)

Le château est un peu éloigné de la gare, mais heureusement une ligne de bus spéciale y mène de façon régulière. L'arrivée près du château impressionne; on débarque en face de la fameuse cour des adieux, flanquée de bâtiments sur trois côtés et fermée au quatrième d'une grille ornée d'aigles impériales; tout ici proclame le roman glorieux et tragique du Premier Empire.

Grille

(Grille de la cour des adieux)

Tout? Pas tout à fait, car en dehors du souvenir lié à ce roman national français qu'est l'épopée napoléonienne et qui a fait de cette cour un lieu de mémoire important, pour moi qui suis peu sensible à la figure du petit corse devenu empereur, l'élément le plus intéressant de la cour des adieux est son fameux et superbe escalier du Fer-à-Cheval, petite merveille d'époque Louis-XIII et oeuvre de Jean Androuet du Cerceau.

Escalier_du_Fer___Cheval

(Escalier du Fer-à-Cheval)

L'intérieur du château, malgré le fait que certaines parties (musée Napoléon, musée Chinois et Petits Appartements) ne soient accessibles qu'une fois par jour et en visite guidée..., ne manque pas d'attraits. Sa visite est comme une convocation dans l'histoire de France au travers des goûts artistiques de ses rois et chefs d'Etat.

La première salle des Grands Appartements est en elle-même une curiosité: la galerie des Assiettes a été conçue au XIXe s., entièrement garnie de bois et avec de petits emplacements réalisés pour y installer une centaine d'assiettes ornées de scènes de l'histoire de France, en porcelaine de Sèvres. L'ensemble donne une impression très curieuse.

Galerie_des_assiettes

(Galerie des Assiettes)

Ensuite nous admirons de loin la chapelle de la Trinité, où Louis XV épousa Marie Leszczynska en 1725, puis arrivons dans la magnifique Galerie François Ier. Dans cette galerie, merveille de la Renaissance et de l'école dite "de Fontainebleau", se trouvent dans une débauche décorative de fresques, stucs et lambris, des scènes allégoriques ou mythologiques au sens parfois obscur et tout un programme à la gloire de François Ier, avec moults salamandres et monogrammes "F".

Galerie_Fran_ois_Ier_2

(Symboles de François Ier)

L'ensemble de la galerie a été réalisée entre 1528 et 1530 sous la direction des peintres italiens Le Rosso et Le Primatice.

Galerie_Fran_ois_Ier__5

(Fresque)

Petit détail pénible: pourquoi donc tous les châteaux se mettent à suivre l'abominable exemple de Versailles et accueillent dans leurs murs des trucs moches sous prétexte d'ouverture à l'art contemporain? L'art contemporain n'a pas assez de lieux qui lui sont consacrés sans doute... Bref, du n'importe quoi, mais donc dans cette superbe galerie dont certains éléments auraient bien besoin de réparation, on préfère organiser une expo de meubles "design" ou pas, plus ou moins affreux et rangés à peine mieux qu'un débarras. Je n'ai pas bien compris l'intérêt ni ce que cela apportait au lieu. Mais je dois être un vieux con, sans doute...

Encore_des_trucs_moches

(Sans commentaires)

Malgré cela cette galerie s'est révélée tout à fait fascinante et au moins elle n'a pas, contrairement à beaucoup d'autres pièces, été remaniée par Napoléon Ier. Et franchement, une grande galerie renaissance aussi intacte, ça vaut le coup d'oeil.

Galerie_Fran_ois_Ier__8

(Buste de François Ier)

Nous découvrons ensuite d'autres pièces, chambres, salons et antichambres, souvent d'époque Henri IV ou Louis XIII. Toutes sont très belles mais l'escalier du Roi est remarquable par son décor de fresques et de stucs réalisés par Le Primatice.

Escalier_du_Roi__d_cor_du_Primatice_

(Escalier du Roi)

Les salles que l'on voit ensuite sont plutôt de l'époque Louis XVI et Empire, et meublées avec soin dans le goût Empire.

Grand_Salon_de_l_Imp_ratrice__2

(Grand Salon de l'Impératrice)

Une des salles les plus remarquables de cette série est la Chambre de l'Impératrice (ou de la Reine), chambre qui a vu passer Anne d'Autriche, Marie Leszczynska, Marie-Antoinette qui ont chacune apporté leur touche dans cette pièce.

Chambre_de_l_Imp_ratrice__4

(Chambre de l'Impératrice)

De l'ancienne chambre des rois, utilisée comme telle de Henri IV à Louis XVI (et au plafond orné du symbole de Louis XIII, deux massues entrecroisées, symbole d'Hercule), Napoléon Ier avait fait sa salle du trône, lui qui aimait tant Fontainebleau où il ne sentait pas écrasé par un autre glorieux souverain comme à Versailles. C'est à ma connaissance la seule salle du Trône encore en état en France et c'est tout de même assez étonnant comme endroit.

Salle_du_tr_ne__4

(Salle du Trône)

Dans la série des souvenirs napoléoniens, les salles suivantes sont essentielles, même si on est pas plus touché que cela par cette période historique. Ainsi on peut voir sa chambre à coucher ainsi qu'un petit guéridon sans guère de style où l'empereur signa son acte d'abdication!

Chambre_de_Napol_on

(Chambre de Napoléon, meublée en style Louis XVI)

Comme nous avions loupé une petite partie de la visite, nous sommes ensuite revenus sur nos pas pour admirer la Salle de bal, une pure merveille de décoration, commencée sous François Ier et achevée sous Henri II, avec notamment comme artistes y ayant participé: Philibert Delorme, Nicolo dell'Abate et Le Primatice.

Salle_de_bal

(Salle de bal)

Finalement, pour résumer très grossièrement, le château de Fontainebleau est un peu le négatif de Versailles: tous les souverains y ont laissé leur trace, sauf Louis XIV!

Tribune_de_la_salle_de_bal

(Tribune de la salle de bal)

Enfin, nous finîmes notre visite du château proprement dit (car comme je l'ai dit, l'accès à certaines parties qui promettaient pourtant d'être intéressantes était limité) par la chapelle Saint-Saturnin, à la surprenante voûte à caissons.

Chapelle_Saint_Saturnin

(Chapelle Saint-Saturnin)

Après un petit repas pris pas très loin, ce fut le temps pour un tour de l'extérieur du château et des jardins. Nous avons ainsi vu le jardin de Diane, puis la salle du jeu de paume où l'on joue encore de nos jours à ce jeu rendu célèbre par la Révolution française. En gros, ça ressemble à du tennis en un peu plus compliqué et en salle.

Jeu_de_Paume

(Jeu de paume)

Les jardins n'ont certes pas la beauté classique de ceux de Versailles mais ils sont tout à fait agréables et assez étendus. Sur l'étang aux carpes (réellement plein de carpes) qui jouxte le château, se trouve un petit pavillon, une folie très amusante: il s'agit d'un simple pavillon de thé construit sur une île minuscule et qui n'était (et n'est toujours), bien entendu, joignable qu'en barque!

Etang_des_carpes_et_son_pavillon

(Etang des Carpes)

Le tour du château s'est poursuivi par la cour ovale, construite par François Ier sur l'emplacement du château primitif et fermée par la porte du baptistère, actuellement en restauration.

Cour_ovale__3

(Cour ovale)

Une autre porte s'ouvre sur la cour ovale, la très belle porte dorée, édifiée en 1528 par François Ier pour servir d'entrée d'honneur au palais. Elle est décorée de peintures du Primatice (encore lui!).

Porte_dor_e

(Porte dorée, intérieur)

Ensuite nous nous sommes baladés un bon moment dans le parc et aux alentours avant de repartir vers notre train et de rentrer à Paris!

Vue_du_ch_teau

(A une prochaine fois...)